Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

C'est pour toi que je fais ça !

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Une leçon !

Ces quatorze jeunes artistes formant la 34ème promotion du Centre National des Arts du Cirque nous donnent une véritable leçon !

En ces temps de grisaille ambiante, en ces périodes de triste actualité, en ces époques de repli sur soi et de terribles et détestables mots en « isme », ces filles et ces garçons nous donnent une formidable leçon d’enthousiasme, d’énergie, de vivre ensemble, de respect de l’Autre, d’amitié.

Et d’amour.

Le spectacle qu’ils nous présentent est une reprise d’une création en 1997 (oui, oui, presque un quart de siècle…) une reprise d’un classique du cirque, faisant désormais partie du Répertoire des arts circassiens.
Un spectacle de cirque mis en scène par Guy Alloucherie, un homme de théâtre.


Un spectacle qui constituait à l’époque la sortie de la formation des étudiants du CNAC de l’époque.
Une épatante passerelle entre bien des arts du spectacle vivant.

Ou quand la piste rencontre le plateau.

Les projecteurs s’allument sous le chapiteau bleu.
Ce serait un monde étrange, comme un univers post-apocalyptique.

« Il n’y a plus rien », nous dira-t-on…
Seulement un canapé, un fauteuil, un comptoir de bar…

Voilà que déboulent quatorze être humains, peut-être les derniers, peut-être les survivants.
Les tambours résonnent.

Non pas ceux du Bronx mais plutôt ceux de la base 11/19 de la fabrique Culture Commune, la scène nationale du pays minier du Pas de Calais.
Une entrée en matière percussive et percutante !

Des êtres qui vont devoir réapprendre à communiquer, à demeurer ensemble.
Notamment par le biais des corps et des gestes.

Quelle énergie euphorisante va se dégager de cette heure et demie qui va passer beaucoup trop vite !
Par le biais des différentes disciplines propres au cirque, les jeunes nous embarquent dans cette histoire de Vie. Avec un grand V.

Tous vont nous démontrer leurs talents respectifs avec beaucoup de fraîcheur, d’enthousiasme et de savoir-faire.
Ou quand la technique sert un propos et un réel discours dramaturgiques. Comme au service d’un grand tout.

Les corps.
Qui s’attirent, se rejettent, qui déclinent toute une grammaire d’acrobaties, de portés, de jetés.
Les corps des uns et des autres, les corps qui semblent repousser les limites de leurs possibilités physiques.
Les corps malmenés, bousculés, mis à rude épreuve, mais les corps qui expriment également la beauté et la grâce.

Ce qui se joue devant nous va provoquer bien des émotions.
On sent bien la virtuosité de ces « gamins », très à l’aise chacun dans son domaine.

Ici, pas de « numéros » au sens traditionnel du terme.
Il s’agit plutôt de petits morceaux de différentes disciplines, imbriqués les uns dans les autres.
Il n’est pas rare que nous devions regarder dans plusieurs endroits en même temps.

Outre les acrobates, vont se succéder ou se côtoyer des artistes spécialisés dans la pratique d’agrès ou de matériels bien particuliers.
Trapèze ballant, roue allemande, corde lisse, roue cyr, sans oublier la planche-bascule vont servir à nous faire frissonner et pousser des «oh ! » sonores…

Le cirque, c’est aussi le monde des clowns.
Ici, pas d’auguste ni de clown blanc.
Certains de ces étudiants vont nous raconter des situations parfois surréalistes (ah cette histoire de tomate et de banane masquées...), vont se lancer dans des dialogues utilisant moult onomatopées, avec parfois des dictions étonnantes, poussant des cris d’orfraie ou des petits piaillements.

Oui, nous allons souvent beaucoup rire.

De plus, beaucoup d’entre eux sont également de véritables comédiens, d’une parfaite justesse.

On croit tout à fait à ce qu’ils nous disent.
A cet égard, on sent bien la volonté de se positionner certes en tant que techniciens de leur discipline, mais également en tant qu’artistes complets et polyvalents.

En ce sens également, le travail de Guy Alloucherie est une vraie réussite.

Ce qui se joue avec beaucoup de maestria, de métier (déjà…) et de compétences techniques sous le chapiteau du Centre National des Arts du Cirque est une bien belle machine à procurer du bonheur.
Ces quatorze jeunes artistes sont promis à un très bel avenir.
Surtout, ne changez rien !

Hier soir, certains de ceux qui avaient créé le spectacle en 97 étaient présents dans les gradins.
Une émotion très palpable s'est dégagée lors de la rencontre des deux promos, au cours du bord-plateau post-spectacle.
Une histoire de transmission.

C’est bien simple, je suis sorti du lieu en étant heureux.

Mais au fait, vous, vous êtes plutôt Venise ou Arcachon ?

-------------------------
Ce spectacle partira en tournée à Auch, dans le cadre du festival CIRCA, les 26 et 27 octobre prochains.
Qu'on se le dise !

http://www.circa.auch.fr/fr/festival-du-cirque-actuel

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article