Lucrèce Borgia

Publié le par Yves POEY

Lucrèce Borgia

C'est bien entendu une reprise, dont la création datait de la saison dernière...
Et je me suis reposé la même question.... Rien à faire : il faudra bien qu'on m'explique, à part si ce n'est surfer sur la vague de Gallienne et de son film trans-genre, quelle est la réelle intention de Podalydès, qui met en scène : pourquoi faire jouer Lucrèce par un homme et son fils par une femme ?
Mystère....
L'intérêt de cette reprise était pour moi de voir succéder à Eric Ruf (devenu patron du Français) Thierry Hancisse, comédien belge que j'adore. Il est magnifique dans ce rôle exigeant.
La mise en scène m'a encore une fois plutôt laissé de marbre.
Je persiste à penser que le choix de Gallienne est une fausse bonne idée, voire une vraie mauvaise....
C'est Christian Hecq qui en Gubetta maléfique parvient à sauver le spectacle.
Lui, et les décors magnifiquement noirs... L'arrivée de Lucrèce sur les petits bancs de l'Aqua Alta est d'une beauté saisissante...

Publié dans Critique

Commenter cet article