Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Michel Portal et Bojan Z

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

La grâce.
Ou quand la musique de la légende du jazz qu’est Michel Portal vous transporte vers un lieu et un temps uniques, où règnent lyrisme, poésie, beauté et sérénité.

Cette impression rarissime d’être confronté à un moment qui vous embarque vers l’Essentiel, avec un grand E. Au sens premier du terme.
Ce que seuls les immenses musiciens peuvent vous donner.

Dix ans.
Dix ans que le multi-instrumentiste basque ne nous avait pas offert un nouvel album. C’était « Baïlador ».

Je voulais une musique heureuse, vivante, explosive... Quelque chose qui soit ouvert à l’instant présent et qui renoue avec le plaisir du partage et du collectif après toutes ces semaines d’emprisonnement et de solitude. (...) C’est une musique qui se moque des styles, qui choisit la vie, qui fait tomber les murs!”, nous dit cet éternel jeune homme à la tignasse immaculée.

Le titre ? MP85 !
On a bien compris la signification de ces deux lettres et de ce nombre.
Hier, sur la scène du théâtre de Fontainebleau, ce nombre est d’ailleurs passé à 86, avec un petit gâteau surmonté de quelques bougies…

Un album enregistré avec de jeunes musiciens qu’il connaît bien, et notamment celui avec qui il se produit actuellement en duo : le formidable pianiste franco-serbe Bojan Zulfikarpašić, alias Bojan Z.

Une complicité de tous les instants, une véritable osmose entre les deux artistes vont régner tout au long de ce concert.
Les deux se connaissent très bien et jouent ensemble depuis de nombreuses années.
Leur discours musical est d’une totale et absolue cohérence.

Tous les deux, dans un mélange de pureté et d’énergie totalement maîtrisé, vont nous embarquer dans le désert africain, et celui des villes, les montagnes d’Arménie, à Madagascar, ou encore en Argentine, mais aussi au plus profond de nous mêmes.
Le voyage musical qui provoque le voyage intérieur.

Michel Portal le musicologue, rapporte de ses virées à travers le vaste monde des idées et des thèmes passionnants, après avoir écouté et dialogué avec les musiciens locaux.

Michel Portal le multi-instrumentiste…
Clarinette basse, clarinette Sib, saxophone soprano, bandonéon.

Les notes veloutées, suaves mais aussi les plongées de les graves, ou grandes envolées dans le registre aigu, caractéristiques du musicien vont nous envoûter.
Encore et toujours. Purement et simplement.

Nous entendrons un grand nombre de compositions du nouvel album.
C’est le sublime African Wind qui ouvre le bal.

Le vent… Le souffle…

L’air, l’élément qui sort du corps humain et qui en se prolongeant dans le bois noir, le métal doré se transforme en thèmes musicaux magnifiques.

Des thèmes qui à plusieurs reprises me feront monter les larmes aux yeux, tellement l’émotion générée par ce qui est joué est forte.
Ce sera le cas notamment dans le titre Desertown, ou encore dans Armenia.
La beauté faite de pureté et de poésie lyrique.

Des titres qui vont déployer une grande énergie vous également nous être proposés.
Ce sera le cas notamment de Full half moon, pour lequel Bojan Z. utilise son piano comme un instrument à percussion.

Mister Z. est un immense pianiste. Nous l’allons constater une fois encore.
Avec une magnifique technique, un toucher à la fois délicat et puissant,

Sur son Fender Rhodes, il mettra parfois en œuvre des effets numériques et un looper pour jouer des sons étranges, collant parfaitement à la poésie éthérée de la clarinette basse.

Il demandera à Michel Portal de se rapprocher de son piano, et pointer son saxophone alto vers les cordes, afin de les faire résonner. Le résultat est magnifique.

Les deux titres joués au bandonéon, dont Little tango, captivants de nostalgie, d’une tristeza toute sud-américain nous captiveront eux aussi.

Les deux amis vont nous faire également beaucoup rire.
Les dialogues entre Michel Portal, pince-sans-rire, et Bojan Z, qui le provoque gentiment déclenchent nos rires.

 

Il faut noter également que ce concert a pu bénéficier de l’exceptionnelle acoustique des lieux, et du talent de l’ingénieur du son aux potentiomètres de sa CL5.

De nombreux rappels auront lieu.
Les deux amis ne semblent pas pressés de quitter la scène.

Nous, le public du théâtre de Fontainebleau, dans une totale unanimité, nous nous levons tous, tous ensemble, tous remués et bouleversés par ce à quoi nous venons d’assister.

 

Conscients d’avoir assistés à un moment rare, unique.
Comment assez remercier Michel Portal et Bojan Z ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article