Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Personne ne leur a dit ?

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Jacques Rancière existe ! Elle l’a rencontré !

Jacques Rancière, mais si voyons, le chantre de toutes les émancipations, et auteur notamment d’un livre intitulé Le maître ignorant  ?
Non ? Toujours pas ?

Elise Maître a conçu autour de la rencontre avec ce philosophe un fascinant, spirituel et très malin spectacle.
En une heure et quinze minutes, sans avoir l’air d’y toucher, avec une forme de candeur, de drôlerie et de fraîcheur de plus en plus rare sur un plateau, la comédienne nous en dit plus sur l’œuvre sus-mentionnée que tout un cycle de conférences.

Elle nous émancipe !

Cette notion d’émancipation éducative est la base du bouquin qui lui a donné l’envie, elle qu’on surnommait toute petite « Madame question », de rencontrer le Maître Rancière.

(Au départ elle eut envie d’adapter le livre, et d’en interpréter des passages, purement et simplement. Mais cette idée de mettre en scène les tenants et les aboutissants de ce rendez-vous avec son héros est bien plus excitante !)

Oui, Elise Maître (si si, c’est son vrai nom…) va nous raconter sa jeune vie, va nous embarquer dans sa quête, et surtout va nous accrocher par son écriture et son jeu, pour ne plus nous lâcher.
Il sera impossible de se détacher de ce qu’elle va nous dire et nous montrer.

Dans cet ouvrage, Rancière nous confronte à sa conception de l’enseignement et de l’éducation : selon lui, les « maîtres explicateurs », ceux qui ne font que vouloir transmettre de force des savoirs sans donner les clefs permettant d’apprendre par soi-même, de trouver du sens à ses propres apprentissages et de réussir à s’auto-enseigner, ceux-là ne sont pas de vrais enseignants.

Nous ne sommes pas loin de la pédagogie Freinet.

Melle Maître fait donc sienne cette philosophie de l’éducation, et nous fait découvrir le bouquin, nous plaçant nous-mêmes en situation.

La comédienne va interpréter une foultitude de personnages, avec beaucoup d’humour et une vraie vis comica.
Ses imitations de personnes réelles, qu’elle a côtoyées, sont épatantes. Ses anciens potes d’école, de collège, une libraire, une professeure de mathématiques, son père, j’en passe et des meilleures...

Mention spéciale pour l’incarnation de Joseph Jacotot, professeur français du XIXème siècle, exilé en 1818 à l’université de Louvain, et qui va s’apercevoir que ses étudiants hollandais pouvaient apprendre tout seuls la langue française grâce uniquement à leur volonté propre et la version bilingue des « aventures de Télémaque » de Fénelon.
La scène des accents est alors très réussie.

 

Quelle énergie se dégage de ce spectacle !
Le propos didactique est porté par un réel engagement dramaturgique de tous les instants.
Elle n’arrête pas !

Nous allons rire. Beaucoup.
(La scène du flash info de France Inter est hilarante ! Je n’en dis pas plus…)
Les ruptures, les adresses au public font mouche !


L’écriture est très contemporaine, proche de la langue parlée. Parfois, on pense même à une forme de stand-up.

Bien entendu, la metteuse en scène Houdia Ponty est pour beaucoup dans ce dynamisme de tous les instants.

 

Mademoiselle Ponty a parfaitement su comment traduire scéniquement parlant le propos de l’auteure-interprète.
Les scènes et les situations s’enchaînent sans aucun temps mort, avec fluidité et précision.

Différents judicieux accessoires bien choisis permettent d’illustrer le discours.

Une scène interactive très intelligente nous permet à nous autres spectateurs de participer à l’action.
(Sans compter que les ventes du livre Le maître ignorant ont dû connaître un vrai pic de ventes !)

Un changement à vue de costume (et quel costume…) provoque également les rires du public.
Là encore, vous n’en saurez pas plus.

Vous l’aurez compris, je vous conseille vivement ce spectacle très réussi et qui sort vraiment de l’ordinaire.
L’originalité de cette entreprise artistique et sa traduction sur la scène en font un moment de théâtre auquel il faut assister.

Et sinon, Madame Boquillon, vos oreilles ne sifflent pas trop ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article