Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Christian Sands, en concert au festival Django-Reinhardt

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

C’est un habitué du lieu qui revient cette année au festival Django Reinhardt.

Christian Sands.
Ce jeune pianiste de 32 ans originaire du Connecticut, l’un des plus enthousiasmants de la scène jazz américaine, était venu nous impressionner grandement voici deux ans, aux côtés du contrebassiste Christian McBride.

C’est en leader d’un épatant trio qu’il vient interpréter quelques titres de son dernier album en date, Be Water, lui aussi paru comme les deux premiers chez le label Mark Avenue.
Un trio « traditionnel », piano, basse, batterie.

Le trio, cette forme instrumentale qui est au jazz ce que le quatuor est à la musique de chambre.

A ses côtés, deux talentueux sidemen, le batteur Clarence Penn, et le contrebassiste Yasushi Nakamura.

Christian Sands, nous allons nous en rendre compte très très vite, se situe au carrefour de la tradition et de la contemporanéité jazzystiques.

Il commence bille en tête avec un premier titre survitaminé, presque hard-bop, avec un nombre impressionnant de notes à la minute.
Comme pour poser les choses, établir les bases de ce qui va suivre.

Une technique hallucinante ! Le clavier du Steinway & Sons doit être tout chaud !

La pulsation est sauvage, puissante, brute. Le rythme est furieusement endiablé.

De rage, Christian Sands jette à terre le masque avec lequel il avait commencé à jouer.
Comme un symbole !

Ce qui suivra démontrera les deux qualités essentielles à mes yeux de Mister Sands : un lyrisme époustouflant dans ses thèmes et improvisations, et un groove phénoménal.
On comprend évidemment pourquoi Christian McBride l’a casté pour jouer avec lui.

Avec le titre Crash, le discours musical de Christian Sands atteint son climax.
Le « chabada est bien là », pour reprendre l’une des expressions favorites de cette légende du jazz qu’est « notre » pianiste René Urtreger.

Crash, au swing lent, où s’exprime toute la sensibilité du jeune musicien.
Un musicien très expressif, et qui montre physiquement ce qu’il ressent.
Oui, un jazz très physique, très organique.

Les trois musiciens groovent grave ! En façade, tout le monde bouge.
Le titre devient envoûtant.
Les trois artistes s’amusent énormément, plaisantant même à distance.

Ensuite, voici que Yasushi Nakamura entame un furieux et très musclé solo, utilisant notamment sa contrebasse comme un instrument à la fois mélodique et percussif.
Avec des glissandi sauvages, M. Nakamura « maltraite » la touche du manche de son instrument, étonnant et ravissant le public.

Ce solo annonce une suite très funky.
Christian Sands articule alors très subtilement son discours autour de quelques accords pour nous plonger dans des limbes harmoniques envoûtantes.


Quant à Clarence Penn, lui aussi démontre tout son savoir faire.

Ce batteur délivre un rythme puissant, au fond du temps, avec beaucoup d’inflexions et de syncopes qui surprennent les spectateurs, voire les font sursauter.
Penn, c’est un véritable métronome, qui n’hésite pas à taper sur les cerclages de ses toms, ou encore sur les pieds de ses cymbales, afin de varier les sonorités.

Vient le dernier titre. Déjà.

C’est maintenant que va s’exprimer tout le lyrisme de Christian Sands, dont je parlais un peu plus haut.

Un climat de tranquillité, de sérénité s’installe, avec encore et toujours un groove lent sur une grille mélodique de quatre subtils chords.
Une boucle lancinante, délicate, toute en nuances toutes douces.

Une délicate harmonie règne alors.

Le jeune pianiste entame alors un stupéfiant « choral », digne de Jean-Sébastien Bach, d’une beauté harmonique sidérante.
J’aurai l’occasion de lui en parler après, derrière la scène, et cette référence musicale le ravira, en témoignera le check qu’il me proposera.

Au final, une ovation viendra saluer la prestation des trois guys.
Le public ne s’y trompe pas, qui leurs réserve des applaudissements rythmés.

Nous venons de vivre un autre moment passionnant de cette édition 2021 de ce festival !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article