Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Berlin mon garçon

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Chinon-Berlin, le nouvel axe du mal ?

Mais qu’est-ce qui a poussé Marina, cette libraire de la sous-préfecture de l’Indre-et-Loire à se rendre dans la capitale allemande ?
Pourquoi se retrouve-t-elle seule, ayant laissé son mari Lenny et sa belle-mère Esther en France, à louer une chambre au mystérieux Rüdiger  dans l’immeuble du Corbusierhaus ?

Voilà la principale question que nous pose Marie NDiaye, avec cette pièce commandée pour l’occasion par le metteur en scène Stanislas Nordey.

Le patron du TNS a proposé pour sujet un seul mot au Prix-Goncourt 2009 : « Terrorisme ».

Marie NDiaye s’est alors emparée de ce terrible substantif en l’associant à l’une de ses fascinations existentielles: la disparition volontaire d’êtres humains.

Oui, durant une heure et quarante minutes, nous allons assister grâce à des indices de plus en plus évidents à une dramatique quête.
La recherche d’un fils disparu, suspecté de radicalisation.

Un fils qui a délaissé le confort bourgeois de cette librairie chinonaise pour aller rejoindre une terrible cause.

Ce faisant, l’auteure nous propose une impitoyable mais essentielle interrogation sur le rôle éducatif des parents.
Culpabilité, responsabilité, évidemment, face à une situation filiale dramatique.

Mais elle prolonge de façon vertigineuse ce questionnement en nous demandant à chacun d’entre-nous jusqu’où être parent.
Peut-on toujours être parent et aimer quoi qu’il arrive un enfant ?

Voici donc les principaux thèmes de ce passionnant et très intense moment de théâtre.

Un moment dramaturgique en noir et blanc, grâce à la très belle et très sobre scénographie d’Emmanuel Clolus.

Noir et blanc, comme les magnifiques photos très contrastées de Jérémie Bernaert, projetées en arrière-plan, et qui font de Berlin une ville anxiogène, déserte. Une ville propice à bien des choses, une ville où tout peut arriver…

Noir et blanc, comme les extraits d’un célèbre dessin animé évoquant un conte italien très connu, et qui met en scène de façon elliptique mais évidente le processus de radicalisation.

Nordey a utilisé un scalpel des plus tranchants pour monter sur un plateau ce texte paru en 2019.

Ici, pas de fioritures, on va à l’essentiel, dans une véritable chorégraphie scénique, basée sur des moments/miroirs et des alternances lointain/devant du plateau, avec des corps en lignes mouvantes qui semblent répondre aux sévères lignes architecturales berlinoises et à celles des étagères de livres.

Deux lieux austères. Deux endroits où des comédiens particulièrement inspirés nous racontent et nous montrent l’histoire.

Hélène Alexandridis est admirable dans le rôle de cette mère.
La comédienne porte dans cette introspection quasi psychanalytique les interrogations évoquées ci-dessus, et nous bouleverse lorsqu’elle crie sa rage finale de revendiquer son état de mère.
Une mère quoi qu’il arrive.

A l’opposée, Annie Mercier en belle-mère impitoyable, est comme à l’accoutumée impressionnante.
De sa voix grave, parfois caverneuse, son personnage accable père et mère, coupables à ses yeux de n’avoir pas su, de n’avoir pas pu empêcher son petit-fils de devenir un terroriste.
C’est elle, Melle Mercier, qui dans une tirade glaciale, va rendre également responsables les livres de la librairie familiale d’avoir perverti le gamin.

La comédienne fait alors froid dans le dos, dans ce rôle-miroir. Une sacrée performance !

Autre couple « symétrique », celui formé par Claude Duparfait (Rüdiger) et Laurent Sauvage (Lenny, le père du garçon).

Les deux comédiens sont eux aussi d’une profonde intensité à défendre le point de vue de leur personnage respectif.
Claude Duparfait sait faire pointer les traits d’humour néanmoins contenus dans ce drame.
Sa scène de traduction d’une fidélité discutable (je n’en dis pas plus...) est particulièrement réussie.

Irréprochables également les comédiennes du troisième duo/symétrique Dea Liane au visage filmé en très gros plan, dans le rôle de la compagne berlinoise et Sophie Mihran, la cliente prof bobo à Chinon.

Il faut absolument aller voir ce bouleversant et poignant spectacle !
Un spectacle qui démontre s’il en était encore besoin à quel point le théâtre peut s’emparer de nos questions de société contemporaines.

Hier soir, sous la coupole de l’Odéon, on aurait entendu voler un choucas !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article