Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Les swinging poules

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

A pois, tout le monde à pois !
C'est en effet en jean, et dans une tenue à gros pois rouges que ne renierait pas Richard Virenque que s'installent sur scène les trois poules. (C'est elles qui se qualifient ainsi.)

Immédiatement le ton est donné par une goguette : les trois chanteuses ont adapté en français le célèbre titre « Mr Sandman » créé en 1954 par le groupe américain The Chordettes, des « Wisconsinian hens », influencées par les Andrew Sisters, elles-mêmes « Minnesotian hens »...

Ce qui saute tout de suite aux oreilles, c'est la grande cohérence vocale qui règne entre les trois musiciennes. Un très bel ensemble sonore et musical, avec des harmonies sophistiquées, frappe d'emblée les spectateurs, dont votre serviteur.
Un ensemble de voix chaudes, rondes, sopranos et mezzos, qui se complètent admirablement.

Le trio a beaucoup de métier, c'est évident.
Ce sont des poules, certes, mais avant tout des chanteuses lyriques.
Les tessitures, la technique, la sensibilité artistique de Florence Andrieu, Charlotte Baillot et Caroline Montier sont impressionnantes. Beaucoup de talent sur les quelques mètres carrés de la scène de l'Essaion.

Le chant, certes, mais pas que.
L'humour, la drôlerie, la force comique !

Les trois chanteuses possèdent une sacrée vis comica.
Elles vont énormément nous faire rire.
Il faut beaucoup de savoir-faire pour parvenir à chanter de la belle manière qui est la leur, et faire des clowneries en même temps.
Le tout étant très joliment mis en scène et chorégraphié par Flannan Obé.

De grands moments nous attendent.
Le fil rouge est basé sur une sorte de compétition entre la mysoginie et la phallocratie du personnage interprété par le pianiste qui les accompagne (Philippe Brocard était hier remplacé par Emmanuel Touchard.), et le féminisme des titres chantés, revendiqué par ces dames.

Les hommes, les femmes, les éternelles et compliquées relations entre les deux composantes de l'humanité seront mises à profit pour des facéties accompagnant les titres judicieusement choisis.
Avec de grands moments, comme une chanson très rentre-dedans, avec escalade du piano volontairement assez peu gracieuse. (La scène est hilarante.)

Les sketchs chantés s'enchaînent. (Pas facile à dire à haute voix, au passage...)
Nous rions énormément.
Parfois, un accessoire fait son apparition comme ce magnifique trombone en plastique, d'un rouge éclatant.
Et l'on comprend bien que tromboniste, c'est un métier. (Il faut dire que nous sommes prévenus : « y a t'il un tromboniste dans la salle ? », nous demande celle qui produira dans une totale drôlerie une espèce de barrissement d'éléphant).

Un moment d'une grande intensité arrive au moment où nous nous y attendons le moins.
Une sublime interprétation de Syracuse, la chanson d'Henri Salvador et Bernard Dimey.
Je donnerais cher pour jeter un œil sur la partition pour repérer les somptueuses et suaves harmonies vocales. J'en connais, des versions de ce chef d'œuvre, mais celle-ci, qui plus est a cappella, est tout simplement magnifique !

Un runing gag au ukulélé (je vous laisse découvrir...) débouchera sur la très jolie interprétation solo de la chanson de Francis Blanche « Ca tourne pas rond dans ma p'tite tête » que popularisa notamment Odette Laure.
Là encore, nous rions beaucoup !


Nos zygomatiques seront également mis à rude épreuve au cours d'une sorte de meddley de titres de Claude François et de Dalida. (Oui, c'est louche, Melle Montier !... )

Au bout d'une heure et quinze minutes épatantes, il sera temps de se quitter, avec une reprise jubilatoire en français de Madonna. (Je n'en dis pas plus...)

Et puis un rappel, comme une évidence : « Je suis swing, (zazou, zazou) », de Johnny Hess !
Quoi de plus logique.

Voici donc un spectacle musical tel que je les aime.
Les Swinging Poules enchantent leur public : on ressort de l'Essaïon sur un petit nuage.
Ce trio vocal, par son talent, son humour, est de ceux qui font du bien au moral !

Allez roule, mes poules !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article