Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La convivialité - La faute de l'orthographe

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

S'ils avaient un marteau, ils taperaient surtout le soir sur un certain nombre d'idées reçues, d'idées fausses, de préjugés, de poncifs, des idées toutes faites concernant un sujet qui déchaîne les passions : l'orthographe.


Deux Belges vont brillamment nous démontrer qu'en France, ce sujet passionne depuis de très nombreuses années les hexagonales foules ! Et pas qu'un peu !


Oui, c'est un gigantesque marteau qui nous attend, projeté sur la scène du Tristan-Bernard.
Et pourquoi donc, je vous prie ? Nous n'allons pas tarder à le savoir !


Les deux comédiens arrivent sur le plateau un bon quart d'heure avant le début de la représentation.
Ils papotent.
Et puis soudain, ils se présentent.
Arnaud Hoedt et Jérôme Piron.


Ils annoncent la couleur.

Ils ne sont pas comédiens, mais respectivement Professeur de Français à Bruxelles, et Professeur de religion catholique dans le même établissement.


Ces deux profs vont nous proposer une remarquable conférence-spectacle, à la fois drôle, documentée, pédagogique.
Et surtout militante !

Une heure qui fait du bien, en ces temps de nationalisme exacerbé, de stigmatisations en tous genres et de tentatives de repli sur un supposé passé enchanteur !
Une heure qui remet les choses à leur place.
Une heure qui va s'attaquer au dogme de l'orthographe !

« Le niveau baisse ! », « C'était mieux avant !», « Mais qu'est-ce qu'ils apprennent à l'école ? », autant de formules extrémistes qui vont être re-contextualisées et mises à mal.


Les deux profs-comédiens vont nous rappeler de manière épatante que l'orthographe n'est qu'un outil, au service de la langue. Et non pas la langue elle-même !

Des références historiques, littéraires (l'orthographe du Moyen-âge, de la Renaissance, de Molière, de Racine, etc, etc...), des rappels linguistiques fort à propos (35% de nos mots proviennent non pas du Grec ou du Latin, mais du Germanique, de l'Italien et de l'Arabe.), des questions importantes (qui décide de la norme orthographique ?, l'orthographe normative n'est-elle pas le reflet d'une société qui préfère inculquer au lieu d'éduquer ? ), tout ceci vient étayer le propos des deux artistes.

Des curiosités orthographiques, des absurdités, des quasi non-sens nous sont montrés, souvent par le biais de Céline, la régisseuse qui pilote les projections video.

Tout ceci est à la fois passionnant et très drôle. Les deux conférenciers sont pince-sans-rire, et provoquent l'hilarité du public par leurs fines et pertinentes démonstrations.

Le spectacle sera interactif. Nous allons énormément participer.
Notamment en nous frottant dès le début à l'épreuve reine d'une certaine conception de l'enseignement de l'orthographe : la dictée.
(C'est le texte reproduit un peu plus haut. Je vous laisse chercher au passage ce qu'elle a de très singulier, cette dictée...)

Nous voterons également, grâce à un panneau double-face vert et rouge à des propositions de graphies de certains mots : serions-nous prêts à écrire «des chevaus », « un éléfant », «@dm1 »...
Nous pourrons proposer nous aussi nos propres « inventions »...

A la fin du spectacle, vingt minutes d'échanges on ne peut plus intéressants entre le public et les deux profs viennent clôturer la soirée dans la salle. On sent vraiment que le sujet est sensible et interpelle !

Alors, cette dictée ?
Vous avez trouvé sa particularité ?
Non ?
Et au fait, pourquoi ce spectacle s'appelle-t-il "La convivialité" ?


Pour le savoir, ruez-vous au Tristan-Bernard et allez assister à ce remarquable spectacle !
Un spectacle intelligent, drôle et passionnant, à ne manquer sous aucun prétexte !

© Photo Véronique Vercheval

© Photo Véronique Vercheval

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article