Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ernest et Célestine

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

C'était écrit ! Ça devait bien arriver un jour !


Après être nés en 1981 sous la plume et les pinceaux de l'auteur belge Gabrielle Vincent, après une trentaine d'albums, après avoir affronté par deux fois les caméras d'animation du 7ème art, après avoir même été les héros d'un roman de Daniel Pennac, excusez du peu, Ernest et Célestine sont montés sur scène !


Caroline Magne a en effet écrit et mis en scène un très joli et très réussi spectacle musical consacré à ces deux héros et à leurs amis.
Il y a finalement peu de spectacles pour très jeunes enfants comportant des personnages dignes de ce nom, avec qui plus est de vraies dramaturgie et scénographie.


Un spectacle qui pour autant fait partie de ceux qu'il serait dommage de laisser aux tout-petits !
Dans la salle, les parents, les grands parents présents, ainsi que votre serviteur étaient aussi enthousiastes, sinon plus, que les jeunes têtes plus ou moins blondes.

Nous allons donc retrouver les ours Ernest et son congénère Boléro, ainsi que les souris Ernestine, Augustine et Célestine.
Cinq comédiens-danseurs-chanteurs incarneront en chair et en os les cinq personnages.

Ce sera en effet un moment musical, avec chansons et danses, venant conforter à très bon escient le propos du développement de l'histoire.
Une histoire simple, mais qui fait mouche auprès de tout le monde : les cinq compères-commères, animaux artistes en herbe et membres de l'Heureuse Compagnie, ces cinq-là remporteront-ils la finale du meilleur spectacle ?

Les excellents Emilie Jonas, Alexandre Majetniak (à la belle voix de basse), Anaïs André, Vincent Morisse (qui fut notamment à l'Artistic-Théâtre un épatant Ebenezer Scrooge, dans Un chant de Noël, d'après Dickens), et Amandine Toldo sont ces bien sympathiques et attachants héros.

On ne les reconnaît évidemment pas.

Ils ont en effet des masques couvrant entièrement leur tête.
Il leur faut donc jouer de façon très corporelle leur partition.
Tout va passer par le corps et la voix.


La technique du jeu masqué, le mime, (une scène très réussie avec une valise, je n'en dis pas plus), la danse seront utilisés à très bon escient.
On est enchanté par les gestuelles débonnaires des ours, par le charme et la grâce des trois souricettes.

Les demoiselles ont une solide formation de danse classique, c'est évident.

Leurs ballets, leurs tableaux dansés très joliment chorégraphiés par Vincent Brisson, sont irréprochables de technique, et ravissent les spectateurs.
Un numéro de claquettes sur le célèbre « Singin' in the rain » est également très applaudi.

Et puis les chansons, donc.
Des titres faits de bien sympathiques mélodies qui se retiennent aisément (j'ai fredonné tout l'après-midi le titre du tableau final « On est ensemble... »), et de paroles fort intelligentes. (Un grand coup de chapeau à l'auteure-compositeure Valérie Marie !)
Sans oublier quelques célèbres reprises, dont l'une de mes héros Les frères Jacques. (Je n'en dis pas plus, je vous laisse découvrir...)

 

Cerise sur le gâteau, un message à base de bien jolies valeurs est délivré plus ou moins implicitement aux petits.
Un message de tolérance, un message humaniste bien utile par les temps qui courent : « Etre différent, ça signifie que nous sommes suffisamment courageux pour être nous-mêmes ! », nous affirme avec raison l'un des personnages.

Je n'aurai garde d'oublier de mentionner les très jolis dessins servant à habiller le décor, réalisés par Yves Damin.

Bien entendu, au sortir du spectacle, dans le hall de la Gaîté-Montparnasse, il est possible (pour les plus jeunes, encore que...) de faire un câlin à Ernest, à Boléro ou aux trois petites souris.

Au final, j'ai passé une excellente matinée.
C'est un très joli moment de théâtre musical, qui enchante petits et grands.
On sort de la Gaîté-Montparnasse le cœur léger, avec des images et des notes plein la tête.
Et ce, même si l'on a plus de cinq ou six ans !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article