Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Donnant donnant

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Un jour, il lui demandera un service qu'il ne pourra pas refuser...
Est-ce vraiment certain ?


Fred Proust a écrit une très drôle et très fine comédie, (c'est sa première), qui, sans avoir l'air d'y toucher, va aborder un certain nombre de considérations et problème sociétaux très actuels.


Nous allons beaucoup rire des mésaventures d'un quatuor de personnages. Un rire vrai, qui va déboucher sur de vraies interrogations.


Deux amis qui se sont un peu perdus de vue. Ça arrive...
Romain est un comédien qui ne travaille pas. Un brave type, gentil, prévenant, débonnaire.
Avec son épouse Lucie, qui elle, travaille dans une association d'aide à la personne en tant que traductrice, ils sont locataires d'un 30 m2 à Bellevile.
Les deux sont les parents de Léo, six mois et demi.


Bastien, quant à lui, est un pubard arrogant, assez détestable en société, qui tuerait père et mère pour une vanne, plein aux as, propriétaire des murs de sa boîte, 300 m2 à Boulogne.
Son épouse, Isabelle, est orthodontiste. Ils n'ont pas d'enfant.

Un beau jour, le premier reçoit un texto du second, une demande à dîner qui cache le fameux service à demander : celui qui a tout est obligé de se rappeler au bon souvenir de son copain qui lui n'a rien ou pas grand-chose.
Je tairai évidemment le service en question. Un service pas banal, qu'on ne peut demander qu'à un « vrai ami ».

A partir de cette situation de base, va s'enclencher une mécanique dramaturgique ciselée, avec des situations souvent hilarantes et des formules drôlissimes.
Un texte résolument contemporain, qui parle à tout le monde, avec nombre de vannes qui font mouche (les prénoms, les ressemblances, etc, etc, je n'en dis pas plus...)

Anne Bouvier, avec la précision et l'efficacité qu'on lui connaît, a mis en scène quatre comédiens et comédiennes irréprochables, qui vont faire fonctionner nos zygomatiques à plein régime.

Loïc Legendre et Arnaud Gidoin sont ces deux potes. Les deux jouent de façon jubilatoire les deux personnages, aux antipodes l'un de l'autre.
Le contraste entre les deux est épatant.
Chacun est d'une phénoménale justesse, sans jamais surjouer, sans jamais faire dépasser le curseur.
Tour à tour, chacun nous fait énormément rire, nous touche, nous émeut.

Et moi de reposer une mienne question, toujours la même : qui confiera enfin à Arnaud Gidoin un rôle d'envergure dans une pièce classique ?
Certes, il est parfait dans ce genre de comédie, mais je suis persuadé qu'il serait un Misanthrope ou un Vania extraordinaires !

Marie Fugain et Juliette Meyniac sont leurs compagnes.
Loin d'être des faire-valoir de ces messieurs, leurs personnages respectifs ont une réelle épaisseur, que les deux comédiennes campent avec beaucoup de finesse.


Melle Fugain parviendra avec talent à sortir sa Lucie de la première impression qu'elle donne de son personnage. Elle abordera à la fin de la pièce une facette plus sombre de façon totalement convaincante.

Melle Meyniac a un rôle mine de rien assez difficile, qui pourrait vite verser dans le pathos de mauvais aloi, si la comédienne ne parvenait pas à s'emparer avec justesse de son Isabelle.

Cette pièce, qui compte beaucoup de scènes de comédie épatantes, en comporte une d'anthologie.
Au cours de cette scène-là, Anne Bouvier a purement et simplement dilaté le temps.


Coincé entre les deux actrices, Loïc Legendre va mettre un temps fou, avec des hésitations voulues, des ruptures formidables, une forte vis comica et une gestuelle alambiquée, à essayer de se dépêtrer d'une réponse embarrassante.
Il se pourrait même que les trois en viennent et s'amusent à allonger le plus possible ce moment vraiment hilarant au fur et à mesure des représentations.
Cette scène me restera longtemps à l'esprit.

On l'aura compris, voici un très sympathique moment de théâtre.
C'est une comédie fort bien huilée, qui procure beaucoup de plaisir, de rires, voire de fou-rires, tout en posant de vraies et sérieuses questions.

Au fait, est-ce que Michel Houellebecq ira voir la pièce ?
Il devrait...
Ceux qui iront voir Donnant donnant seront d'accord avec moi !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article