Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Homme encadré sur fond blanc

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Blanc c'est blanc, je vis dans le blanc...
Voici ce que pourrait chanter ce drôle d'être humain qui apparaît devant nous de dos.
Qui pourrait chanter s'il était doué de la parole.


Durant un peu plus d'une heure, nous allons assister aux tribulations d'un étrange personnage, pratiquement muet, obligé de s'exprimer par le biais du seul langage corporel.


Un type en costume trois pièces noir, chapeau assorti, qui va se retrouver devant nous plongé dans un univers blanc, un drôle de type doit faire face à l'hostilité d'objets à la base inanimés, mais bel et bien dotés d'une âme, l'empêchant de s'échapper de cet étrange lieu.

Des objets à l'âme facétieuse et revêche. Une âme que seules la poésie, la magie, l'illusion peuvent nous révéler.


Le comédien-metteur en scène-magicien suisse Pierric Tenthorey nous propose un fascinant spectacle mêlant avec virtuosité plusieurs disciplines artistiques.
Un spectacle surréaliste, poétique, à l'image de son titre presque emprunté à Magritte, un spectacle étonnant, hilarant, magique, faisant appel à de multiples références culturelles.


Nous allons penser à Jacques Tati, Pierre Etaix, aux grands clowns-mimes, et peut-être surtout en ce qui me concerne à Mister Bean, le prodigieux comique britannique.


Ce spectacle est fait de variations autour d'un thème.
Ce thème, c'est cet homme qui cherche à s'échapper par tous les moyens possibles de cet environnement immaculé, dans lequel se trouvent deux portes, à jardin et à cour, ainsi qu' un gros cube.

 

Tout comme dans le film « Un jour sans fin », nous allons vivre et revivre la même situation de départ, et en visualiser une foultitude de petits changements, en allant crescendo vers une forme d'aliénation du personnage devant l'adversité !


Oui, l'adversité face à des objets récalcitrants. Des poignées de porte, un cube, une canne, des chaussures, un chapeau, une pochette en tissu, des balles, une cravate. Mais aussi le corps récalcitrant. Rien ne va plus dans ce monde tout blanc.


Les effets, qu'ils soient magiques, corporels, visuels, techniques seront nombreux, afin de nous faire oublier la réalité.


Croyez-vous que l'on obtienne la plus haute distinction de l'Art magique, à savoir le titre de champion du monde de close-up par hasard ?


Pierric Tenthorey est un prodigieux magicien.
Ce qu'il va nous faire voir (ou pas...) force le respect. Quelle technique, quel savoir-faire, quel talent en la matière ! Je n'ose imaginer toutes les heures de travail aride et ingrat pour arriver à une telle maîtrise...
D'autant qu'il ne cherche jamais à appuyer ni forcer ses effets. Tout à l'air si naturel, si facile, si « normal » que ça en devient troublant et merveilleux. Et s'il n'y avait pas de « truc », après tout ?


De plus, qu'est-ce qu'il est drôle, ce suisse !
Jouant avec le public, doté d'une souplesse étonnante et d'une hallucinante gestuelle parfois à la limite du possible, l'homme nous tire bien des rires !

Les effets visuels, sonores et lumineux contribuent eux aussi à la drôlerie du spectacle, avec notamment des éclairages très précis, (lui procurant cinq ombres portées légèrement décalées), une poursuite capricieuse, une bande son jazzy, drôle elle aussi.

Il faut vraiment aller applaudir Pierric Tenthorey.
Son spectacle, déjà joué dans toute l'Europe, est un véritable petit bijou.
Un spectacle qui ne ressemble à nul autre, un spectacle épuré, d'une précision millimétrée, et qui fait douter les cartésiens que nous sommes, faisant vaciller toutes nos certitudes.
Un spectacle qui nous faire croire à l'incroyable.

Incontournable !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article