Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

FAKE, tout est faux tout est fou

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Si ce soir, vos pas et vos obligations vous dirigent du côté de la Gare de l'Est, à partir de 20h00, ne soyez pas étonnés de croiser un homme aux cheveux grisonnants, casque audio sur la tête et micro à la main.


Encore mieux : ne vous offusquez pas s'il vous aborde pour vous poser une ou deux questions.


Toujours plus fort : allez vous aussi chausser un casque afin de participer à cette performance initiée par le compositeur Wilfried Wendling.
Pendant une heure, vous pourrez écouter le conteur Abbi Patrix (c'est le nom de l'homme évoqué un peu plus haut), vous dire l'adaptation de la célèbre pièce Peer Gynt, du dramaturge norvégien Henrik Ibsen.

La première de cette série de cette expérience musicale et théâtrale eut lieu au Forum des Halles, début avril dernier.
Voici ce que j'écrivais à cette occasion.

------

La promotion canopée !


C'est en effet sous la gigantesque structure métallique couvrant le Forum des Halles que les artistes et techniciens de La muse en circuit, le Centre national de Création Musicale, avaient déballé tout leur matériel électronique, afin de proposer un étonnant et épatant projet artistique.
Un projet inspiré de la pièce Peer Gynt d'Henrik Ibsen.


C'est le musicien Wilfried Wendling qui est à l'origine de cette performance live.
Deux cents participants sont invités à chausser un casque HF, et à se déplacer dans le patio du Forum.


Nous allons pendant un peu plus d'une heure écouter le conteur Abbi Patrix nous dire cette adaptation de la célèbre pièce du dramaturge norvégien.


Il va déambuler lui aussi dans cet espace, au milieu des badauds, un micro à la main.
Pendant ce temps, Wilfried Wendling joue au synthétiseur et aux ondes Theremin une musique électronique concrète.

Il ne sera pas seul, puisque la percussionniste Linda Edsjö tape non pas sur des bambous mais sur son vibraphone, et sur tout ce qui lui tombe sous la main dans le forum. (balustrades, sol, rampes d'escalier, etc...)


Dans un premier temps, il sera question d'identité.
Abbi Patrix commence par évoquer un grand questionnement.

Qu'est-ce que l'identité d'un être humain, qu'est-ce qui fait que nous sommes uniques, mais qui sommes nous donc ?


Tout au long de ses interventions, il mélange des textes et des moments écrits à des improvisations.
Il pose des questions à certains passants, très étonnés, mais qui se prêtent volontiers au jeu.
Des dialogues savoureux s'instaurent.

Le conteur est drôle, captivant, passionnant. Ce qu'il nous raconte, parfois de façon mystérieuse, amusante, enflammée ou murmurée, ce qu'il nous dit est fascinant.
Cet homme sait raconter une histoire. Il a l'art de dire, de poser les mots pour les faire ensuite s'envoler dans des élans poétiques, même dans le Forum des Halles, ce temple mercantile dédié à la déesse Consommation.

Des séquences sonores préenregistrées sont diffusées. Avec notamment l'intervention désastreuse de François Hollande concernant la mise en place projetée en France de la déchéance de nationalité.
Ou comment priver quelqu'un de son identité ! J'ai beaucoup apprécié ce rappel de ce qui constitua pour moi l'une des plus grandes vilenies du précédent quinquennat.

D'autres musiciens interviennent en direct également, un trompettiste, un guitariste, participant ainsi à la musique originale électronique.


Puis, une autre question d'importance sera évoquée, toujours dans cette mise en abyme d'Ibsen.
Qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est faux ?
Qu'est-ce qui est réel, qu'est-ce qui est mensonge ?


Nous écouterons à cette occasion d'autres témoignages pré-enregistrés, avec notamment les déclarations de deux spécialistes incontestés de la Vérité vraie avec un grand V majuscule, à savoir Messieurs François Fillon (Ah ! Les beaux costumes, ah, le petit boulot de Pénélope...) et Jérôme Cahuzac (Mais si, souvenez-vous, « les yeux dans les yeux, je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger"...).
Des spécialistes de la chose vraie, vous dis-je...

Les passants donnent également leur avis. Une dame reconnaît de façon très drôle qu'elle-même ment parfois.
Abbi Patrix s'attachera également à démasquer les trolls parmi nous.
Ces créatures qui ont notre apparence mais qui cachent du mieux qu'ils peuvent leur identité trollesque.
C'est ainsi qu'un monsieur s'est aperçu être un troll, devant les yeux médusés de sa fillette.
Il a beaucoup ri. Nous aussi.

Le conteur regagnera Wilfried Wendling et Linda Edsjö pour conclure de bien belle manière cette heure onirique.

J'ai donc vécu un moment passionnant, mélangeant beaucoup de disciplines artistiques, avec un vrai propos et de vrais questionnements.
Le fond et la forme sont au rendez-vous.
Une forme inhabituelle, on ne peut plus étonnante et intéressante.

Ce spectacle se jouera tous les jeudis du 9 mai au 27 juin (sauf le 30 mai) à 20h00 à la Gare de l'Est.
Qu'on se le dise !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article