Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Holiday on Ice - Showtime

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

© Photo Y.P. -

Les rangées de fauteuils du Palais des Sports se remplissent, le trio de musiciens The Top Bananas chauffe la salle en déambulant dans les travées, les poursuiteurs gagnent au moyen d'une échelle de corde leur perchoir rotatif suspendu à la grille d'accrochage...
Sur la scène-patinoire, une sorte de pyramide de tissu cache la glace...


Le noir tombe enfin, les projecteurs motorisés s'allument doucement, le volume des trois musiciens s'intensifie et soudain, les rideaux sont aspirés en une fraction de seconde vers les cintres pour nous laisser découvrir le premier tableau de ce show. Plein feu !


Un show américain qui fête son soixante-quinzième anniversaire. Ce sera la thématique récurrente de la soirée.


Un casting époustouflant évoluera sous nos yeux, avec une douzaine de solistes, des sportifs accomplis de différentes nationalités, qui tous ont participé à des compétitions olympiques et mondiales.
Leurs noms parleront aux aficionados : Colin Grafton (USA), Valentina Marchei (ITA), Rohene ard (USA), Alina Ustimkina (RUS), etc...


Ils sont accompagnés de rôles secondaires. Parfois, vingt-quatre artistes patineront ensemble.
N'étant en aucune façon compétent dans cette discipline, je me bornerai à vous dire la sincère admiration qui fut la mienne pour ces danseurs sur glace. Que de technique, que de travail, que d'heures d'entraînement pour arriver à ce niveau...


C'est surtout dans la première partie qu'ils déploieront toutes leurs capacités et leur savoir-faire techniques, avec des Axels, des Lutz, des Salchows, des Flips en veux-tu en voilà... (Merci Wikipedia et mes voisines de la soirée...)
Ce qui se déroule sous nos yeux force l'admiration.

C'est technique.
J'avais donc à côté de moi deux demoiselles pratiquant cette discipline sportive, elles étaient tout comme moi émerveillées par le savoir-faire de ces artistes-sportifs.

Il faut noter également dans le deuxième acte un stupéfiant numéro de trapèze exécuté par le couple Jochen et Avital Pöschko, dont on ne compte plus les prix reçus dans les rencontres mondiales de cirque.

C'est magnifique.
Les artistes sont splendides, les costumes sont somptueux, du strass, des paillettes, des plumes à gogo. Le tout sans mauvais goût aucun, une très belle esthétique se dégageant de tout ceci.
Les décors de fond de scène consistent en plusieurs écrans vidéos qui forment un gigantesque tympan s'animant d'images 3D.
Des moments poétiques, également, notamment dans ce numéro où deux patineurs costumés en marionnettes parviennent à se libérer du joug de leurs manipulateurs perchés en l'air, en se débarrassant de leurs ficelles.

C'est drôle, aussi !
On rit beaucoup aux clins d'œil que nous adressent les danseurs, les arrêts brusques en bord de scène qui aspergent de paillettes de glace le premier rang, un gag avec une bassine, la participation d'une spectatrice qui n'en mène pas large...

C'est une énorme production qui vous en met plein les yeux.
C'est un festival de lumières !

J'ai bien vite renoncé à compter les projecteurs robotisés asservis.
Avec le grand avantage de la glace, à savoir sa couleur blanche permettant de refléter toute la multitude de faisceaux lumineux qui créent avec leurs différents gobos des projections horizontales féériques.
Je n'ose imaginer les heures de programmation informatique nécessaires en amont pour caler toutes ces sources lumineuses.

Des effets spéciaux impressionnants nous attendent, de la pyrotechnie, des projections hologrammes, de la fumée lourde et du feu sur la glace, des grands bras métalliques motorisés porteurs de projecteurs qui se mettent à descendre, j'en passe et non des moindres.

Le tout au service des danseurs, afin de les mettre en valeur.

Moi qui n'avais jamais assisté à ce genre de spectacle, j'ai passé une bien belle soirée, à ne plus savoir où regarder, tellement « on en prend plein les yeux ».
C'est également un spectacle qui réunit tous les âges, ce qui n'est pas si fréquent que cela.

It's showtime, folks !

© Photo Pierre Hennequin

© Photo Pierre Hennequin

© Photo Pierre Hennequin

© Photo Pierre Hennequin

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article