Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

La conférence des oiseaux

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Rien ne va plus au royaume des oiseaux !
D'accord, ils vivent toujours d'amour et d'eau fraîche, d'un peu de chasse et de pêche, les oiseaux...
Certes. Mais ils ont besoin d'un roi !


Simorgh ! C'est le nom de l'oiseau mythique que tous veulent choisir comme souverain.
La huppe prend les choses en mains. (Enfin... En ailes...)
A l'issue d'une conférence, elle part en quête de son futur Sire, rencontrant au passage nombre de ses congénères.


Elle finira par se rendre compte d'une chose stupéfiante : le roi se trouve en chacun d'eux.


Ce conte persan du XIIIème siècle, que l'on doit eu poète Farid Al-Din Attar (1140-1230), ce conte persan est une allégorie quasi-psychanalytique de l'âme humaine.

Nous sommes notre propre roi, notre propre moi, mais encore faut-il le trouver ce moi-roi-là.
(Je vous le rappelle, nous sommes au XIIIème siècle de notre ère, et en Perse ! Le propos est confondant de modernité !)


Jean-Claude Carrière en réalisa une adaptation en 1979 pour Peter Brook, et le compositeur Michaël Levinas en fit un opéra, qui est donc donné à l'Athénée.
Il en a composé la musique et le livret.


C'est l'ensemble contemporain 2e2m dirigé par Pierre Roullier qui se trouve sur scène et en régie.
En effet, l'oeuvre est un mélange de parties musicales, chantées ou non, et de séquences enregistrées. (En 1985, c'étaient des bandes magnétiques. Aujourd'hui, tout est numérisé sur Mac.)
Le chef d'orchestre déclenche ces séquences au moyen d'une pédale.


Nous allons pénétrer dans un univers sonore onirique et éthéré, fait de percussions (caisse claire, cloches tubulaires, métallophone, cymbales...), de notes aigües, jouées aux flûtes, au piano, à la harpe, et d'ostinati de notes graves (cor d'harmonie, saxo baryton, contrebasse...)


Les séquences délivrent des clusters de bruits spatialement localisés dans la salle, de sourds bourdons parfois assez angoissants. Le contraste est souvent saisissant.

La metteure en scène Lilo Baur (qui a donné en début de saison à la comédie française une très belle version de « Après la pluie » de Sergi Belbel) a dû et su s'affranchir de plusieurs contraintes.


La scène n'est pas large, les musiciens et leur imposant instrumentarium prennent beaucoup de place.

Comment dans ces conditions représenter beaucoup d'oiseaux ?
En utilisant les musiciens, pardi !


Riche idée ! Ils sont drôles à imiter les démarches saccadées des volatiles, avec de brusques mouvements de têtes, comme font les poules.
Des sortes de colombes blanches sont également fixées sur des tiges flexibles, assurant là-aussi un léger mouvement, qui s'amplifiera grâce à la manipulation des comédiens.


Et puis, je n'aurai garde d'oublier les deux rôles principaux.


La soprano Raquel Camarinha est la huppe autoritaire et sans concessions.
Melle Camarinha, d'une voix claire et puissante parle et chante quantité de courtes phrases musicales.

C'est une partition lyrique exigeante qui doit assurément demander beaucoup de concentration et énormément de technique vocale.
La chanteuse est irréprochable et nous procure beaucoup d'émotions et de plaisir musical.

Son partenaire, le comédien Lucas Hérault incarne tous les autres oiseaux.
Lui aussi est très drôle à imiter le hibou, le moineau, le paon ou encore la perruche.
Le couple fonctionne parfaitement

Hervé Pierre, ci-devant Sociétaire de la Comédie-française sera le narrateur, un livre lumineux à la main.
De sa voix grave reconnaissable entre toutes, il sera le présentateur, celui qui assure les liaisons, l'introduction des différents oiseaux.

C'est donc un très beau moment poétique qui nous est proposé.

L'univers du poète persan est très joliment et très habilement mis en images par Lilo Baur.
Elle est parvenue sur un minuscule plateau à créer tout un espace, tout un ciel, sans oublier de vastes territoires et autres déserts arides.
La force des symboles rejoint celle de la métaphore du conte.


C'est une très belle réussite musicale et dramaturgique, réunissant beaucoup de talentueux artistes, qui nous est donnée à voir.
Je vous recommande vivement cette plongée poétique et lyrique. 

Attention, il n'y a que très peu de dates !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article