Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

L'étagère duo

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Le théâtre a aussi cette fonction de déconcerter.


Déconcerter : déranger, troubler, interdire quelqu'un, nous dit la définition du Littré.
L'étagère duo fait partie de ces spectacles déconcertants.


On connaît Jean-Claude Camors, ex-membre du Quatuor, ce groupe mélangeant virtuosité et humour.


Ici, il est accompagné de la seule soprano Sandrine Seubille.
On la connaît bien également, habituée des grandes comédies musicales parisiennes. Elle a été chanteuse soliste au Moulin rouge, elle a également fait partie de la distribution du Rigoletto de Verdi, à l'Opéra Bastille, mis en scène par Jérôme Savary.


Les deux sont d'indéniables et excellents musiciens, lui jouant sur le scène du Ranelagh d'une multitude d'instruments, violon, harmonium, j'en passe et non des moindres, elle interprétant avec un réel talent vocal les textes de M. Camors.


C'est une sorte de chaos permanent qui va régner sur la scène.


On comprend que les deux personnages viennent de convoler en justes noces, puisque c'est en frac et en robe de mariée qu'ils pénètrent par le fond de la salle.


Puis, vont se succéder différents sketches, nous présentant différents personnages.
Ces personnages, une mère possessive, un ténor contrarié, une diva contrariante, et consorts, seraient, d'après la note d'intention du spectacle « sur une étagère duo, pièce de théâtre dont le thème est la musique ou plutôt celui de celles et ceux qui l'écoutent, la transmettent, la fantasment. »
Dont acte.

Beaucoup de blagues et jeux de mots potaches émaillent le spectacle, parfois grossières jamais vulgaires.

Il faut se laisser porter, même si l'on ne comprend pas toutes les subtilités de la pièces (ce fut mon cas), même si l'on ne voit parfois pas très bien où veut en venir l'auteur. (Ce fut mon cas également).


La fin du spectacle surprend tout le public, avec une espèce de robot qui agite les bras et nous tourne le dos.

Je vous le disais, ceux qui aiment le théâtre déconcertant se régalent.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article