Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zig Zag

(c) Photo Y.P. (L'image a été photoshopée, de manière à ne pas révéler trop d'éléments dramaturgiques...)

(c) Photo Y.P. (L'image a été photoshopée, de manière à ne pas révéler trop d'éléments dramaturgiques...)

Voici un spectacle à la fois original et déjanté, comme je les aime !
Un metteur en scène, à quoi ça sert, comment et à quoi ça fonctionne, est-ce vraiment utile finalement ?


Voici résumé en quelques mots le sujet de la conférence que va nous donner le « professeur » Xavier Lemaire, auteur de ce Zig-Zag, un chargé de cours pas comme les autres pour une causerie non pas au coin du feu mais assez extra-ordinaire.


L'histoire du théâtre, le rappel de l'absence du metteur en scène jusqu'au XIXème siècle, l'apparition de ce métier, j'en passe et non des moindres, tout ce qu'il dira sera rigoureusement exact.
Le point de départ de la pièce est à la fois pédagogique, on le voit, mais il va être également hilarant.
Oui, hilarant. C'est l'adjectif qui convient le mieux.


D'un ton docte et professoral, Xavier Lemaire commence son exposé, en ayant d'ailleurs quelques soucis avec deux régisseurs-plateau branquignolesques mais syndiqués, à savoir Jeanne-Yvette et Kant, chargés d'installer le décor.

Le ton à la fois sage et loufoque est donné d'emblée.


Pour illustrer son propos concernant l'art du metteur en scène, ce prof' va nous faire assister à trois versions de la première scène du Médecin malgré lui, de feu Molière.
Oui, trois mises en scène : la première sera classique stylisée, la deuxième symboliste, et la troisième moderne-réaliste.


Pour ce faire, il a sous la main deux comédiens obéissant plus ou moins à sa direction d'acteurs.


De plus, entre la deuxième et la troisième version, nous assisterons à un élément important de son métier : une audition-casting d'anthologie.
Qu'est-ce que j'ai ri ! Mais comme je me suis amusé !


Le trio de comédiens va fonctionner à merveille, dans une sorte de grand numéro de clowns : Xavier Lemaire sera le clown blanc, Isabelle Andréani et Frank Jouglas seront les Augustes.


Ces deux derniers sont absolument irrésistibles ! Quelle vis comica, quelle force comique !


Melle Andréani, dans son personnage de caissière-bimbo chez Cora montée de Limoges à Paris pour cette audition est drôlissime ! Ses poses, ses mimiques, ses oeillades aguichantes pour décrocher le rôle déclenchent l'hilarité générale.


Frank Jouglas quant à lui n'est pas en reste : il est épatant notamment dans ce rôle de bellâtre ayant suivi un stage de « contre-geste ». Lui aussi fait sacrément fonctionner les zygomatiques.


Les trois mises en scène sont très réussies. Si la première relève bien du théâtre de tréteaux, de la farce, les deux autres sont jubilatoires. En effet, nous sommes dans le registre de la caricature, mais à peine.

Combien en ai-je vu de ces mises en scène symbolistes ou « modernes-réalistes » à peine en dessous de ce que nous montrent les comédiens...

Je ne décrirai pas ces deux moments particulièrement réussis su spectacle, à vous d'aller découvrir tout ceci en détail.

 

Oui, nous rions beaucoup. Mais une vraie réflexion nous est proposée. Nous sommes à la fois dans une dimension pédagogique et très ludique.
J'aurais rêvé avoir de tels cours d'histoire du théâtre.

 

Nous sommes amenés à nous interroger sur l'utilité et la fonction du théâtre, aux interactions qui sont générées entre le plateau et la salle. Les procédés dramaturgiques principaux sont abordés de bien belle façon.


On l'aura compris, voici un spectacle malin, futé, espiègle et très drôle, un spectacle à ne pas manquer.
Une heure trente de vrai délice. Courez-y !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). Au plaisir
Répondre