Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Tout est bon dans le Macron

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

A Paris, il est des théâtres mythiques.
Celui des Deux-ânes fait partie de ceux-là. Un Deux-ânes qui fête cette année son centenaire.
Cent ans que les chansonniers taillent des croupières à notre classe politique.
On ne se rend pas dans ce théâtre par hasard, on sait ce qu'on va applaudir, on sait sur qui les artistes vont taper !


Depuis septembre dernier, Jacques Mailhot nous propose avec quatre acolytes de choix, Florence Brunold, Emilie-Anne Charlotte, Michel Guidoni et Gilles Détroit, un nouveau spectacle intitulé « Tout est bon dans le Macron ».


Mailhot et Guidoni, je les ai connus quant à moi à « L'oreille en coin », sur France Inter.
Ces deux-là ont participé à mon éducation politique, tous les dimanches matin. Que de souvenirs !...


C'est Florence Brunold qui va ouvrir le spectacle.
Elle se tire on ne peut mieux de cette difficile tâche en avoinant nos gouvernants à tout va ! Pour envoyer, elle envoie !
Elle va finement comparer le personnel politique actuel à l'ensemble des locataires habitant le même immeuble qu'elle. Elle est très drôle, très pertinente.
Elle a du métier, elle interagit avec le public. C'est de la belle ouvrage. Nous la retrouverons un peu plus tard.


Puis, Michel Guidoni entre sur scène. Nous revenons aux sources, avec lui. Le chansonnier, c'est celui qui chante l'actualité politique du moment, grâce à des goguettes, ces parodies de morceaux très connus, avec une réécriture des paroles.
Lui aussi assure. Il chante toujours aussi juste, (avec au passage une remarquable prise de son, chapeau à l'ingé-son maison.), toujours aussi bien.
Ses imitations de Cabrel, Christophe Maé, Aznavour, Lama, Schmoll, Johnny et bien d'autres sont irrésistibles.
Il a cette capacité également à imiter tous les présidents de la Vème République. Ses Hollande et Sarkozy sont remarquables.


Et puis, le voilà, le patron, le boss. Mailhot en personne !
Un vrai savoir faire, un vrai talent qui n'est plus à démontrer, une faconde irrésistible !
Que ce soit au niveau du texte, de sa façon de le poser, de le dérouler, de le vivre, il est parfait. J'ai retrouvé le maître Jacques, le seul, l'unique.
Moi, ce garçon me fait toujours autant rire.
Je me retiens vraiment de vous raconter sa vanne concernant ce qui serait arrivé (ou pas...) si Anne Hidalgo avait été maire de Paris en 1940. Mes voisins ont alors eu mal aux oreilles en m'entendant applaudir.
En parlant d'oreilles, Mme Hidalgo a dû avoir les siennes qui sifflaient. Elle est en effet un personnage récurrent du spectacle, pour notre plus grand bonheur.


C'est au tour de Gilles Détroit, qui lui nous fera plus rire avec le quotidien : la poste, les timbres, le tourniquet du métro, des recettes de cuisine à double, voire triple sens... Lui aussi déclenche l'hilarité générale.

Emilie-Anne Charlotte sera notamment chargée d'interpréter une députée LRM plus nunuche ça ferait trop, mais en même temps, elle exagère très peu, se basant sur une actualité récente...
Un autre grand moment : celui où Florence Brunold campe une Brigitte Macron haute en couleurs.
C'est à p........er de rire !

Alors évidemment, la tradition du lieu veut sans doute que la gauche française soit un peu visée que la droite. Mais tant que c'est drôle, pourquoi pas !
A cet égard, l'un des derniers sketches réunissant les cinq comédiens et consacré à l'enterrement du PS est hi-la-rant !

On l'aura compris, moi qui aime la politique, moi qui suis l'actu au quotidien, moi qui aime tant cet esprit des grands chansonniers et qui ai grandi nourri aux textes de Pierre Dac, Maurice Horgues, Pierre-Jean Vaillard, je me suis régalé !
Oui, ces deux heures furent pour moi un vrai régal !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article