Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Concert de la Sainte-Cécile à la Garde républicaine

(c) Photo Y. P. -

(c) Photo Y. P. -

Ce n'est pas tous les jours qu'on peut avoir la chance de pénétrer dans le quartier des Célestins, la caserne principale de la Garde républicaine.

(Et de voir au passage et au petit matin les gendarmes de ce corps détendre de magnifiques chevaux alezans ou bais, et ce, en plein Paris, Boulevard Henri IV.)


Aussi, ai-je répondu présent à l'opportunité d'assister à un show-case musical, à l'occasion d'une part de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens, et d'autre part de la sortie d'un album intitulé « Musiques et Choeur de l'armée française », édité chez Universal.


Sur ce CD, trois prestigieuses formations militaires, la Légion étrangère, le Bagad de Lann-Bihoué et donc la Garde Républicaine interprètent un certain nombre de morceaux militaires, ou non.


Une grande tournée suivra, à partir du 27 janvier, date du premier concert au Palais des Congrès de Paris.


Ce 22 novembre, donc, la Garde républicaine donnait ce mini-concert en deux parties.


Tout d'abord, les cavaliers de la fanfare de la Garde, ayant pour un temps délaissé leurs montures, ont joué cinq marches.
Les cuivres rutilaient, les casques si célèbres étincelaient, les percussionnistes avaient fourbi leurs baguettes et mailloches.

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Immédiatement, une impression se dégage : quels musiciens, quel talent !
Il faut entendre ces cuivres d'une justesse absolue, avec un incroyable piqué !
Quel ensemble, quelle unité, quelle cohésion artistique !


On peut ne pas être spécialement sensible à la musique militaire, mais devant ce professionnalisme, cette qualité d'exécution, on ne peut qu'être émerveillé.

 

Il faut noter un instrument particulier : une enclume !
Un maréchal ferrant rejoint les musiciens pour l'une des œuvres.
Musique et musculation ! Oui, j'ai eu l'occasion de soulever les deux masses en fer !


Il me faut également mentionner la dernière œuvre : une valse mexicaine, « Palomino », interprétée façon « Mariachis »....
Dépaysement assuré du côté de Chihuahua, Tijuana ou Monterrey !
C'est bien simple, j'étais comme un gamin devant des soldats de plomb.

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

La deuxième partie était assurée par le choeur de l'armée française, lui aussi dépendant de la Garde républicaine.
Je vous avoue que c'est cette formation qui m'intéressait au plus haut point !


Ce choeur d'hommes, dirigé par la lieutenante-colonelle Aurore Tillac interprétait quelques œuvres figurant au programme de la tournée.


Là aussi, quel ensemble, quelle cohérence musicale et vocale, quelle pâte sonore homogène !
Ces choristes professionnels, recrutés sur concours, font partie de l'élite en la matière.
Ca s'entend !


Aurore Tillac les dirige, avec des gestes mesurés, précis.


Elle sourit énormément. Se dégagent de ces musiciens et leur cheffe une vraie complicité, un vrai plaisir palpable de chanter, de jouer de la musique, une vraie connivence, également.


Tout ceci est bien entendu basé sur un respect mutuel, et un immense professionnalisme.

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

J'ai particulièrement apprécié une sublime version à quatre voix de la chanson « Paris en colère », ainsi qu'un arrangement pour voix exclusivement masculines du « choeur des esclaves » du Nabucco de Verdi.
Je ne vous cacherai pas que j'ai eu plusieurs fois la chair de poule...
Comme c'était beau ! Il n'y a pas d'autres mots! Oui, c'était beau !

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Cerise sur le gâteau, Aurore Tillac a accepté de répondre à mes questions, juste après ce concert.
Ce sera pour les jours qui suivent.

Oui, quelle jolie Sainte-Cécile !

Concert de la Sainte-Cécile à la Garde républicaine
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article