Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yves Poey - Des critiques, des interviews webradio.

De la cour au jardin

Les DéSAXés

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Quatre clowns virtuoses, ou quatre virtuoses clownesques ?
Quoi qu'il en soit, des bêtes de sax !


Guy Rebreyrend, Frédéric Saumagne, Samuel Maingaud et Michel Oberli sont des anches qui passent !

Durant une heure et demi, ces gaillards vont nous proposer un spectacle à la fois musical et burlesque, haut en couleurs et en sons.
Un spectacle qui va à maintes reprises provoquer l'hilarité générale du public de l'Alhambra. (Hier soir, la salle était pleine à craquer ! )


Tout commence par une audition ratée.
Un quatuor de musiciens souffleurs entre sur scène.
La grande famille des saxophones est très bien et très complètement représentée : un soprano (la carotte...), un alto, un ténor et un baryton.
Et tous de rater de façon souvent désopilante leur audition.


Nous voici avertis : nous allons rire énormément, et nous allons être bluffés par la virtuosité de ces compères.
Il n'y a pas d'autre mot possible : la virtuosité !


Vont alors se succéder une multitude de tableaux plus drôles les uns que les autres.


C'est Gil Galliot qui est à la mise en scène.
Il a bien compris qu'on peut jouer du saxophone tout en bougeant, en marchant ou en dansant.
Les numéros, grâce également à la chorégraphe Aurore Stauder, sont donc très « remuants », avec de vrais moment dansés.


Toutes sortes de genres musicaux seront abordés. Le classique, le jazz (Ah, cette version de Misty, d'Errol Garner...), le folklore d'Europe de l'est (Kusturica et ses trubacci ne sont pas loin), un très joli moment avec le duduk arménien et la flûte basse, un petit tour dans une ferme, des covers de Mickaël Jackson, de Bruno Mars, j'en passe et non des moindres.


Des moments très visuels, également, avec cette évocation désopilante du Titanic, ou cette scène de « sax échangiste » et de becs croisés. (Je vous laisse découvrir...). Les musiciens sont également d'excellents comédiens.


Deux tableaux ont particulièrement retenu mon attention.
L'un démontre les qualités musicales du sax band.
Les quatre instrumentistes interprètent une bouleversante bossa-nova. C'est purement et simplement beau.
Le morceau s'achève avec quelques notes qui laissent la place au souffle du ténor.
Stan Getz « The Sound » n'est pas très loin !


Et puis, il y a cette séance d'enregistrement d'anthologie d'un morceau très funk. Le summum du burlesque frisant le surréalisme.
Les musiciens se retrouvent assis, casque de retour sur la tête. Ils vont avoir des interventions très ponctuelles dans l'enregistrement de cette session, un peu comme les Tower Power of Horn. (J'en profite pour rappeler que les saxophones font partie non pas de la famille des cuivres, mais des bois. Si si...)
Ce qui va se passer entre les quelques notes ici et là est grandiose.
Ah ! Cet écouvillon géant du baryton ! J'avais les larmes aux yeux à force de rire.

Il me faut mettre aussi en avant la séquence de l'Aria ou les quatre mousquetaires musicaux utilisent pour produire de très longues notes la difficile technique de la double respiration circulaire. Quel métier, quel talent !


Dans ce spectacle, il faut également faire mention de la remarquable prise de son. L'ingé-son maison sait faire sonner ses clusters L-Acoustics !
Ceci contribue également et pleinement à la réussite du show.


Un moment musical hilarant, donc, qui démontre une nouvelle fois qu'il faut avoir une sacrée technique instrumentale pour jouer ainsi avec son sax.
(Honni soit qui mal y pense !...)


Un des plus sûrs moyens cet automne de faire pleinement fonctionner vos zygomatiques !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article