Yannick Bourdelle e(s)t Robert Lamoureux

Publié le par Yves POEY

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Yannick Bourdelle nous propose un spectacle vraiment original.


Un spectacle intitulé « Yannick Bourdelle e(s)t Robert Lamoureux ».
Vous l'aurez compris, ce « s » entre parenthèses a toute son importance.


Il s'agit d'une sorte de biopic théâtral, à la mémoire de l'auteur des sketches « Papa, Maman, la bonne et moi », et du « Canard » qui était toujours vivant...


Sur scène, il parle non seulement de Lamoureux, mais il l'incarne !
Il commence d'ailleurs par réciter l'un des monologues assez bouleversant intitulé « Le trac ».


Alors me direz-vous, pourquoi ce jeune comédien a-t-il décidé d'interpréter cet hommage au grand Robert ?
- Parce que Yannick Bourdelle est un véritable passionné (le mot est bien faible) par l'auteur et le réalisateur de la série « la 7ème compagnie ». Hein Tassin !


- Parce que l'objet de ce biopic est un véritable personnage de théâtre. Oui, Chef !


- Par ce que finalement, on le connaît assez peu, celui à qui l'on doit « Il faut rester groupir ! » et tant d'autres répliques cultes. (Il ne fréquentait pas la jet set et les people des soirées parisiennes d'alors...)
 

- Parce que les jeunes humoristes français ne savent pas tout ce qu'ils lui doivent.
 

C'est lui qui le premier, dans les années 1950 a élaboré le principe du stand-up : il arrive sur scène et raconte sa vie, de sa gouaille et sa voix inimitables.


C'est lui le premier qui va apostropher le public des premiers rangs, va prendre à partie et « vanner » les spectateurs.
Ce fut un véritable créateur et un vrai défricheur en la matière.

 

Yannick Bourdelle a adopté une démarche chronologique.
Il part des débuts sur scène pour terminer par le décès en 2011 de l'humoriste protéiforme.
(Curieusement, les deux ont débuté leur carrière artistique à l'âge de 29 ans...)


Sont évoquées la passion de l'humoriste pour l'écriture, ses rencontres, (un grand moment du spectacle concerne les relations Danièle Darrieux/Sacha Guitry/Robert Lamoureux/Louis de Funès sur le tournage de « Faisons un rêve »....), ses amours...


De multiples anecdotes sont dévoilées, avec un clin d'oeil appuyé et drôle concernant l'assistante de l'humoriste. (Je vous laisse découvrir...)


Vous saviez, vous, par exemple qu'une affaire judiciaire avait opposé pendant deux ans Lamoureux à un certain... Claude François ?
(Vous n'étiez pas au courant, si j'ose m'exprimer ainsi... Moi non plus...)


Yannick Bourdelle est donc seul en scène.
Avec de très jolies projections video. (Le spectacle est parrainé par l'INA et Gaumont-Pathé.)
Comme il a dû travailler d'arrache-pied, combien de temps a-t-il dû fouiller dans les archives écrites et audio-visuelles !... I
ll a même rencontré Sophie Lamoureux, la fille de son héros.


On sent vraiment la passion qui anime le jeune comédien.
Oui, c'est son idole, et oui il l'aime.
A tel point qu'il nous propose une séquence assez émouvante où il se met en scène en train d'invectiver l'académie des Molières : par trois fois, Lamoureux a été nominé, et jamais, il ne reçut la statuette dorée.

Quelle injustice aux yeux du jeune homme !

A ce sujet des Molières, je ne vous évoquerai pas non plus l'anecdote très peu connue et très révélatrice émanant de Mademoiselle Lamoureux.

Une anecdote qui démontre combien son père pouvait être entier, sans concessions. A vous de venir la découvrir à l'Archipel, cette anecdote...

C'est une heure et quart touchante, tout en tendresse à laquelle nous assistons.
Tendre et drôle à la fois, faite de nostalgie, certes, mais qui souligne également la modernité des propos tenus par celui qui connut plus de seize mille levers de torchon.

Yannick Bourdelle nous fait partager de la plus belle des façons sa passion.
Il ne faut surtout pas bouder notre plaisir.

-------

Dans les jours qui suivent, je vous ferai partager l'interview webradio que m'a accordée Yannick Bourdelle.
A suivre.

Publié dans Critique

Commenter cet article