Pompon Voltaire

Publié le par Yves POEY

Yvan Varco et Anne Deleuze - (c) Photo Y.P. -

Yvan Varco et Anne Deleuze - (c) Photo Y.P. -

Sur la scène du Studio-Hébertot, deux personnages.

L'un très connu. L'autre pratiquement inconnu.
Lui, c'est Voltaire.
Elle, c'est Emilie du Châtelet.

Pendant quinze ans, ces deux-là vont partager une vie commune pour le moins agitée.

Yvan Varco, à partir de ce postulat historique, a écrit une pièce à la fois brillante et originale.

Il a imaginé la vie au quotidien, pendant une heure et quinze minutes (unité de lieu, de temps...), le quotidien donc, de ce couple explosif, Voltaire et Pompon. (Vous n'avez qu'à vous rendre au Studio-Hébertot pour connaître l'origine de ce surnom.)

Couple explosif, car couple composé de deux grands et forts esprits !

Lui, la star intellectuelle de l'époque, et elle, la grande mathématicienne, elle qui fut la première scientifique française (et peut-être mondiale) de qui l'on ait conservé des travaux qui font encore référence aujourd'hui.

Ces deux beaux esprits vont confronter leurs visions respectives du bonheur, de l'amour, des préjugés, de la philosophie, et de leur conception du rôle des femmes, également.

Explosif, vous dis-je !

L'auteur a su, dans une langue étincelante, élégante, délicate et drôle (combien de bons mots fusent ! ), il a su mettre en exergue l'admiration, le respect et en même temps la crainte que Voltaire pouvait éprouver vis-à-vis d'Emilie.

Mais que l'on ne s'y trompe pas : on rit beaucoup !
Les passages notamment sur la sexualité du couple sont drôlissimes : là aussi, grande inquiétude pour le grand homme !

Théâtre dans le théâtre, Yvan Varco n'a pu s'empêcher (comme il a bien fait ! ) de rappeler le besoin qu'avait Voltaire d'écrire d'obscures tragédies... que l'on ne monte plus du tout aujourd'hui !

Pour jouer ce couple, un couple : l'auteur en personne et sa femme, Anne Deleuze, tous deux mis en scène par Anne Bourgeois.

Ces deux comédiens sont eux aussi véritablement brillants !

On s'identifie totalement aux personnages, on comprend parfaitement leurs points de vue, on vibre avec eux.
Ils nous font rire, ils nous émeuvent également beaucoup.
On ressent pleinement les motivations humaines, intellectuelles (parfois à l'exact opposé) qui habitent leurs personnages.

Et puis, l'on sent vraiment bien que ces deux-là s'aiment.

Je ne voudrais pas terminer sans évoquer les magnifiques costumes réalisés par Corinne Pagé.
(Ah ! Cette veste en cuir rouge, gants assortis, et ces bottes montantes en daim gris qui vont à ravir à Anne Deleuze !...)

Une heure quinze donc de vraiment beau théâtre !
De la très belle ouvrage !

(J'aurais quand même bien goûté aux pâtes de guimauve dont s'empiffre Yvan-Voltaire à l'heure de son goûter ! )
----
A l'issue de la représentation, les deux comédiens ont accepté de répondre à mon micro aux différentes questions que je leur ai posées.
L'entretien sera mis en ligne dans les jours qui suivent.

Pompon Voltaire

Publié dans Critique

Commenter cet article