Le cerf et le chien

Publié le par Yves POEY

Elliott Jenicot - Stéphane Varupenne - Cecile Brune - Alain Lenglet - Elsa Lepoivre - Véronique Vella - Michel Favory - Jérome Pouly - (c) Photo Y.P.

Elliott Jenicot - Stéphane Varupenne - Cecile Brune - Alain Lenglet - Elsa Lepoivre - Véronique Vella - Michel Favory - Jérome Pouly - (c) Photo Y.P.

Sept ans après avoir mis en scène « le loup », le premier conte du chat perché, Véronique Vella persiste et signe !
Elle propose aux petits (et aux grands...) spectateurs du Studio-Théâtre de la Comédie Française sa version d'un autre conte de Marcel Aymé, « Le cerf et le chien. »


Et comme elle fait bien !
Et comme elle a raison !


Une nouvelle fois, elle s'adresse aux enfants en tant qu'êtres intelligents, qui réfléchissent, des spectateurs à part entière, et non pas des spectateurs en devenir.


Le théâtre de Véronique Vella est un théâtre authentique, fait de vérité et de respect pour les petits qui viennent avec leurs parents ou grands-parents.
(Soyons clairs et honnêtes : combien d'adultes seuls ou en couple se rendent également à ce spectacle pour enfants...)


Véronique Vella, qui a lu et bien lu Bruno Bettelheim et sa psychanalyse des contes de fées, Melle Vella sait le pouvoir du conte : un conte est là pour exercer un pouvoir de métaphore, un pouvoir de faire passer dans les têtes plus ou moins blondes des concepts fondamentaux sans en avoir l'air !


Ici, c'est la liberté, le respect de la différence, l'esprit de tolérance qui sont mis à l'honneur.
C'est également la capacité à vivre des expériences tout en s'armant face au monde extérieur.


Pour faire passer ces émotions et ces concepts, La metteure en scène s'est entourée de ses camarades comédiens français.


Elliott Jennicot est le cerf, majestueux, coureur des bois, épris de liberté.
Le comédien, connu pour ses talents de mime et sa grandiose gestuelle, étincelle une nouvelle fois.
Avec son habit queue-de-pie, ses hautes guêtres, sa large ceinture à l'énorme boucle métallique et ses cheveux hérissés, il a vraiment fière allure !


Les autres animaux sont également parfaits.
Le bœuf-Stéphane Varupenne est jovial et drôle.
Le chat-Michel Favory est malin et roué.
Le chien-Jérôme Pouly est tour à tour menaçant, (son apparition, en cuir noir et un Lüger à la main, fait froid dans le dos...), il est aussi attendrissant, émouvant, touchant.


Ces quatre-là s'en donnent à cœur joie. On voit qu'ils s'amusent. Ils nous ravissent.

 

Les parents, Cécile Brune et Alain Lenglet, (un martinet à la main), bourrus à souhaits, surprotecteurs, sont épatants.


Véronique Vella et la grande Elsa Lepoivre, elles, incarnent avec quelle grâce et quelle espièglerie Delphine et Marinette, les petites de huit-dix ans.

On comprend bien leurs motivations, leurs peurs, leurs angoisses, et leurs capacités à apprendre par le biais du vécu et des expériences.


Un coup de chapeau à Isabelle Benoist, la costumière qui a suivi les consignes de la metteure en scène : dessiner et confectionner des costumes avec des petits mais subtils indices qui font penser aux animaux.
Je vous laisserai découvrir ces indices et notamment ceux qui évoquent la meute de huit chiens courants. Une vraie trouvaille !


Et puis, il y a les parti-pris scénographiques de Véronique Vella !
Des idées qui font mouche, qui déclenchent des fou-rires (la scène des sillons de labour est drôlissime), des idées vraiment spirituelles.


Sans oublier la musique.
Melle Vella sait le pouvoir des chansons.
Elle a demandé au compositeur Vincent Leterme et à la parolière Lucette-Marie Sagnières des chansons qui s'insèrent parfaitement dans le déroulement dramaturgique de la pièce.


Voici donc un théâtre intelligent, un théâtre respectueux de ses petits et grands spectateurs, un théâtre vrai, un théâtre qui fait réfléchir, même sans avoir l'air d'y toucher.


Un grand merci, Melle Vella !
On vous « ayme » !

--------

Dans les jours qui suivent, je vous proposerai une interview webradio de Véronique Vella, qui reviendra avec ses mots sincères et vrais sur ce beau spectacle.

Publié dans Critique

Commenter cet article