Les funambules

Publié le par Yves POEY

(c) Photo Y.P. -

(c) Photo Y.P. -

Les Funambules, ce collectif d'environ deux cents artistes et militants, a posé ses valises au Studio-Hébertot.


Alors bien entendu, les deux cents ne sont pas tous sur scène.


Stéphane Corbin, le patron, l'initiateur de cette troupe et Quentin Defalt, le metteur en scène, ont dû choisir : sur le plateau, avec lui, ce sont deux chanteurs et deux chanteuses accompagnés par cinq musiciens qui nous proposent un spectacle sensible, émouvant, mais également tout plein d'humour.


Le sujet unique de ces vingt-trois chansons : l'homosexualité.


Ce qui pourrait paraître excluant, communautaire, clivant, est en fait ici une ode à la tolérance, à la fraternité, au vivre ensemble.


Chaque chanson, composée par Stéphane Corbin, est une tranche de vie, faite de situations réelles, de moments vécus qui marquent le parcours d'êtres humains confrontés au regard des autres, il s'agit presque à chaque fois d'un chemin d'acceptation de soi, des autres, de la famille, de la société en général.


D'ailleurs, hier soir, sur scène, l'un des chanteurs a profité du fait que sa mère était dans le public pour lui annoncer son homosexualité.


La réalité est venue transcender l'argument du spectacle, provoquant des ondes de réelle émotion.


D'abord des artistes qui l'entouraient, puis de tout le public qui s'est mis à applaudir à tout rompre.


Mais qu'on ne s'y trompe pas : ce spectacle est également très drôle, on rit très souvent.


Ici, un vrai second degré règne : Stéphane Corbin n'hésite pas à se moquer, à tourner en dérision toutes les expressions, les situations qui caractérisent les comportements homophobes hélas encore beaucoup trop répandus.


Le point vraiment fort, c'est que ces militants de la cause homosexuelle ont choisi la douceur, la délicatesse, la sensibilité plutôt que la provocation.
On n'est pas du tout dans l'univers de la démesure, du cuir, des folles, etc, etc...

 

On est dans la simplicité, la douceur et souvent la beauté du quotidien.


Sur la forme, Stéphane Corbin est le compositeur de toutes les chansons.
Et comme il vient du monde de la comédie musicale (il est loin d'en être à ses débuts...) il sait de quoi il chante.


Il nous propose de très belles mélodies, des arrangements somptueux (notamment en ce qui concerne les voix).


Pour les mettre en valeur ces voix (Doryan Ben, Vanessa Cailhol ou Cloé Horry, Amala Landré ou Amélie Manet), outre sa propre partie de piano, il a fait appel à quatre autres talentueux musiciens : batterie électronique, (Benjamin Corbeil), basse, (Cléo Bigontina), guitare (Yorfela), et alto (Mariette Girard).

Au final, j'ai passé une soirée délicieuse.

C'est un très joli spectacle, sincère, sensible, durant lequel on s'amuse également beaucoup.
Un spectacle qui fait la part belle à un sentiment dont on a tant besoin et qui fait souvent tellement défaut...

L'amour.

Les funambules

En sortie de scène, Stéphane Corbin a bien voulu répondre à mon micro aux questions que je lui ai posées.
Ce sera pour les jours qui viennent, même lieu, pour l'heure, c'est vous qui verrez.

-------------

Les funambules
De Stéphane Corbin, m.e.s. Quentin Defait


Studio-Hébertot, Boulevard des Batignolles - (Paris XVIIème)
Tous les lundis, 20h00, jusqu'au 26 décembre 2016.

Publié dans Critique

Commenter cet article