Voyages avec ma tante

Publié le par Yves POEY

Voyages avec ma tante

En voiture Tata !


On connaît bien désormais l'argument de cette adaptation du roman éponyme de Graham Greene.
Une tatie assez indigne entraîne son casanier neveu, passionné de dahlias, dans de mouvementées et rocambolesques aventures autour de la planète.


Au delà de l'histoire, dont il faut bien reconnaître qu'on se fiche un peu, l'intérêt évident de cette pièce mise en scène par Nicolas Briançon est de réunir sur un plateau quatre personnalités, et non des moindres.


Briançon a employé quatre fabuleux comédiens (il faut les nommer, Claude Aufaure, Jean-Paul Bordes, Dominique Daguier et Pierre-Alain Leleu), qu'il a su diriger d'une façon à la fois subtile, précise, et parfois désopilante.

On comprend très rapidement pourquoi le Molière de la mise en scène lui fut attribué...


Ces quatre gaillards excellent, « malgré-grâce » à des physiques, des corps, des gueules, des voix différentes. (On est vraiment loin de la mode actuelle des « taille 38 » stéréotypés, très en vogue, sans saveur sans odeur... Suivez mon regard....)

 

Tous les quatre incarnent de façon merveilleuse le paradigme théâtral : ils peuvent tout jouer, ils peuvent tout faire, ils peuvent interchanger leurs rôles : ça fonctionne, ça marche, on y croit.
Pas évident de faire croire qu'on est une tata de 80 ans quand on porte un costume trois pièces à rayures, un chapeau melon et une cravate rouge.
Ca fonctionne, vous dis-je !

 

Avec parfois des moments hi-la-rants, notamment initiés par l'épatant et incroyable Pierre-Alain Leleu : ah, ces rôles de perroquet, de l'horloge, de l'adolescente coincée, de chien berger irlandais de soixante-cinq kilos.....
Faut-il être doué pour donner vie de façon crédible à ce genre de « personnnages ».....

On sort du théâtre de la Pépinière avec un seul regret : c'était bien trop court !

Un spectacle brillantissime !

Voyages avec ma tante

Publié dans Critique

Commenter cet article