Le songe d'une nuit d'été

Publié le par Yves POEY

Le songe d'une nuit d'été

Les nuits d'été se suivent et se ressemblent.
Il s'agit de la reprise de la mise en scène de Muriel Mayette, ex-administratrice du Français. La création date de la saison précédente.

Même si cette mise en scène est assez sage et convenue, de vraies trouvailles viennent émailler le spectacle.
La cour de Thésée (Vuillermoz royal, comme toujours...) cette cour-là, installée au premier rang, est vraiment très hype, très prout-prout, très bling-bling. (La veste en léopard de Thésée vaut le détour...)
Ensuite, la mise en abyme du théâtre dans le théâtre est très réussie : les comédiens français jouant des comédiens amateurs me fascinera toujours... Benjamin Lavernhe et Stéphane Varupenne s'en donnent à coeur joie.
Puis, les costumes : ces fées, ces elfes, cet Oberon, ce Puck, en espèce de primates poilus gesticulant à qui mieux-mieux valent vraiment leur pesant de cacahuètes.

J'ai également un faible pour cet accessoire dont Christian Hecq-Obéron se sert pour vaporiser la poudre de sommeil.
Je ne dirai d'ailleurs jamais assez combien Hecq est prodigieux, à chacune de ses interventions...

Au final, ce fut une nouvelle fois une bien belle soirée que ce partage de la vision shakespearienne de l'ex-administratrice. Un dernier conseil : choisissez une place côté jardin...

Publié dans Critique

Commenter cet article