Cyrano de Bergerac

Publié le par Yves POEY

Cyrano de Bergerac

A moi, comte, un seul mot : BOU-LE-VER-SANT !

Toujours aussi bouleversant !
Il s'agit en effet de la reprise de la création à l'Odéon de cette version pour le moins détonnante de la célèbre pièce de Rostand.

Dominique Pitoiset le metteur en scène et Philippe Torreton, dans le rôle titre, ont bien compris une chose : de nos jours, un type de la carrrure et de l'acabit de Cyrano se retrouverait directement en hôpital psychiatrique, sans passer par la case théâtre.

Car en effet, plus de suprise désormais, l'action se déroule dans le réfectoire d'un HP, dans une lumière crue et au milieu de carrelages blancs.
Le tout n'étant pas sans rappeler "Vol au dessus d'un nid de coucou" de Forman...
Et ceci va conférer une humanité incroyable aux personnages et aux situations. Nous sommes en effet dans une universalité tangible des caractères, tant sont dépouillés et épurés ces personnages en quête de docteur.

Torreton est toujours aussi formidable, magistral, époustouflant. Il va, vient, virevolte, déclame, murmure, éructe....
Tour à tour, il fait rire, émeut, bouleverse !!!
Ses petits camarades, bien évidemment, lui donnent une impeccable réplique.
La mise en scène de Pitoiset est implacable de cohérence, de trouvailles scénographiques, avec une magnifique idée qui renouvelle pour toujours la scène du balcon.

Je n'imaginais pas un jour redécouvrir de façon si radicale ce texte, cette pièce tant de fois vue.
C'est pourtant le cas.
Un grand merci à Domique Pitoiset et à Philippe Torreton.

Publié dans Critique

Commenter cet article