Compagnie

Publié le par Yves POEY

Compagnie

Merci.
Tout d'abord, un vrai et sincère merci, Christian Gonon.
Merci pour ce beau moment de théâtre intense, épuré, qui vous prend aux tripes.
Merci !

Les deux premières lignes du texte sont capitales :
« Une voix parvient à quelqu'un dans le noir. Imaginer. »

Quelle voix ?
Pour qui ?
Quel noir ?
Pour imaginer quoi ?

C'est à ces quatre questions que le texte de Beckett va répondre, un texte magnifiquement servi par Christian Gonon, seul sur scène (c'est le principe même de ces monologues « Singulis »).

Un texte de 1977, qui, à l'origine, n'était pas destiné au théâtre. C'est en 1984 que l'immense Pierre Dux eut l'idée d'en faire un monologue.

Cette voix, qui nous prend, nous berce, qui met en valeur les silences, raconte les difficultés d'être, l'inéluctabilité de la solitude : pour Samuel Beckett, même à chercher sans relâche une compagnie, on ne peut être que seul.
Définitivement, irrémédiablement seul.

Cette voix, à qui appartient-elle ?
De qui parle-ton dans cette pièce ? Qui parle ? Qui est ce « Tu » ? Qui est « L'imagineur », qui est « L'entendeur » ?

Le comédien est ici admirable : il nous propose un théâtre passionnant et total : il nous permet de prendre conscience que les mots précèdent et induisent le silence.
Pendant une heure et quart, il va dire un texte ardu.
Non seulement grâce à la parole, mais également avec son corps.
Il faut se laisser porter par cette musique des mots, cette rythmique oralisée, qui vous berce, vous porte, vous prend totalement.

On sent Christian Gonon totalement impliqué : on ne peut pas être forcé de choisir de dire un tel monologue âpre, exigeant et difficile : on ne peut que choisir de le dire.
De la même façon, le spectateur ne peut pas se retrouver par hasard au Studio-Théâtre, et doit s'attendre à ne pas sortir totalement « indemne » de ce spectacle.

Ce texte, sur la fin de vie (l 'une des dernières créations de Beckett ) confronte chacun à son propre noir final : la solitude va précéder l'inéluctable.

L'imaginer ?

Publié dans Critique

Commenter cet article