Alexandrins au Château (Acte I)

Publié le par Yves POEY

Alexandrins au Château (Acte I)

Quand on aime le théâtre, forcément, on aime l'alexandrin.
On a même envie d'en écrire...
Si si.....
C'est pourquoi, voici donc le premier acte d'une grande tragédie que j'ai entrepris de vous conter.
Une tragédie qui va tous nous confronter à l'actualité nationale et parfois internationale.
Une actualité toujours fertile en rebondissements inattendus, coups fourrés, amours contrariées et autres chausses-trappes insensées.
Bref, la substantifique moelle de la tragédie.
Au fait... J'allais oublier : dans le sous-titre de ce blog, il est dit qu'on pourra y lire beaucoup d'âneries.
C'est mainten
ant.....

--------

Alexandrins au Château (Acte I)

Alexandrins au Château

 
Acte I
Scène 1
 
Le choeur. Cent hommes et femmes en toges blanches, sandalettes aux pieds.
 
Ô Dieux du Ciel, laissez donc éclater,
Sur la France endormie, un courroux frelaté !
Nos fiers Gouvernants, sont tous dans la panade.
On croirait bien qu'ils jouent du Pierre Palmade.
Les voyez-vous venir, not' Sire et son valet ?
Céans, ils se ramènent, au sein de leur palais !
 
François IV, souverain du Royaume en robe de chambre, charentaises aux pieds, une couronne de travers sur la tête. Il est affecté d'un embonpoint qui semble croître.
 
Dis-moi, bon serviteur, que penses-tu d'Emmanuel ?
Il vient de publier dans Match un beau libelle !
 
Manuel en costume de toréador, le menton en avant, l'oeil noir. C'est le co-adjuteur du Royaume.
 
Ah Sire ! Je vous en prie ! De ce triste torchon,
Aussitôt retirons toutes les subventions !
Car enfin, je le crois, ce très fourbe Emmanuel
Non seulement veut ma place, mais aussi mes bretelles....
Ce n'est certes pas moi qui voudrais m'afficher
Au bras de ma compagne, nouvell'ment entiché !
 
Entre Emmanuel, une rose fanée au poing. Il revient d'une inauguration en autocar. il est grand mais toujours courbé devant le Prince. C'est cet ancien banquier privé devenu grand argentier du trésor royal.
 
Emmanuel
 
Ah ! Mon seigneur et Maître, recevez mon pardon !
Oui, j'ai fait une erreur, tel le vaillant Chlodion.
Je l'avoue, je l'confesse : j'ai trop parlé dans Match.
J'aurais dû à la place, assister à du catch.
Mais vous savez c'que c'est.... Ce n'est pas ma faute !
C'est elle, mon épouse : elle veut ravir la Haute.
 
Scène 2
 
François IV, se voulant bienveillant.
 
Oublions ce faux pas, mon très cher camarade !
Mon triste quinquennat est complètement en rade.
 
Manuel, réconfortant.
 
Non, mon doux suzerain. Calmez toute votre ire,
La situation pourrait être pire !
 
François IV, en colère
 
C'est que j'voudrais t'y voir ! J'dois la courbe inverser !
(Je n'parle pas de Julie, mais du chômage insensé....)
Vais-je me représenter ? ah mais quel dilemme !
Je voudrais tellement que tous mes sujets m'aiment.
Il faut absolument que je sois réélu.
Sinon, je me connais, je m'remets aux p'tits LU...
 
Manuel dont le visage s'est illuminé. Il vient d'avoir une brillante idée !

Ne vous lamentez pas, de cette question,
Ô Monarque éclairé, j'ai la solution.
Il faut communiquer un argument massue.
Que le peuple ébahi en ait un aperçu.
Savez-vous combien coûtent nos Présidents passés,
A tous les contribuables, mariés ou pacsés ?
Valéry, Jacques sans compter Nicolas
Valent leur pesant d'or et de Coca-Cola.
Dites-le aux Français : c'est en tout neuf millions
Qu'il nous faut allonger pour nos trois ex-Lions.
Imaginez donc, peuple opiniâtre
Ce que ça vous coût'rait, s'ils étaient en tout...... quatre !
 
Ils sortent.
 
-----------------------------
A suivre..........
Alexandrins au Château (Acte I)

Publié dans Tragédie

Commenter cet article

Frampas 18/06/2016 14:58

Bravo Yves, c'est une vraie ciselure, la vérité pure qui ne tue pas puisque, en nous renseignant, elle nous fait plus fort.
À très vite
Véronique

Yves POEY 18/06/2016 19:42

Merciiiii ! :-)

Jean 25/04/2016 15:17

Les didascalies sont parfaites. :-)

008 24/04/2016 22:54

Bravo

françois 24/04/2016 17:48

vite un metteur en scène